Le Fonds au profit des victimes lance un programme d’assistance en Côte d’Ivoire

Le Fonds au profit des victimes lance un programme d’assistance en Côte d’Ivoire

Communiqué de presse, La Haye, 16 mai 2017

Dès le premier jour de sa 16e réunion annuelle, qui se déroule du 16 au 18 mai 2017, le Conseil de direction du Fonds au profit des victimes (« le Fonds ») de la Cour pénale internationale (« la CPI » ou « la Cour ») a décidé de lancer un nouveau programme d’assistance en Côte d’Ivoire afin d’offrir une réhabilitation physique, une réhabilitation psychologique et un soutien matériel aux victimes de crimes relevant de la compétence de la CPI. Le Fonds espère que ces projets d’assistance en Côte d’Ivoire seront opérationnels en 2018 et leur a consacré 800 000 euros de budget.

« Le mandat du Fonds consiste à tenir la promesse universelle de justice réparatrice faite par le Statut de Rome aux victimes de crimes relevant de la compétence de la CPI. Au titre de son mandat d’assistance, le Fonds peut par ailleurs aider à la réconciliation. Nous sommes conscients que la Côte d’Ivoire a un besoin immense et urgent d’assistance.

Aujourd’hui, le Conseil a franchi une première étape importante en vue d’aider les survivants en Côte d’Ivoire à remédier aux préjudices qu’ils ont subis, reconstruire leur vie, prendre le chemin de la guérison, retrouver leur dignité et créer un avenir meilleur. »

-          Mama Koité Doumbia, membre du Conseil de direction du Fonds

 

Suivant les recommandations contenues dans le rapport d’évaluation du pays établi par le Secrétariat du Fonds, le Conseil a estimé que le Fonds devait « offrir une réhabilitation physique et psychologique ainsi qu’un soutien matériel aux victimes et à leur famille », lesquelles ont subi des crimes relevant de la compétence de la CPI en Côte d’Ivoire. Le Conseil a également jugé opportun d’étudier la possibilité de collaborer avec le Gouvernement ivoirien afin d’aider les victimes à partager leur point de vue et à exprimer leurs souhaits concernant les programmes de réparations fournis par le Gouvernement.

Cliquer ici pour lire la suite.